Publics spécifiques

 

L’enseignement à distance (EAD) a depuis toujours été un des moteurs, souvent discret, mais néanmoins efficace de l’innovation pédagogique dans les établissements d’enseignement supérieur. Cela tient à la fois à la spécificité des publics, à la nécessité d’inventer de nouveaux modes d’échanges en s’emparant des opportunités offertes par les évolutions technologiques, mais aussi de nouveaux modes d’organisation pour la production des contenus et pour la gestion des enseignements et des étudiants. C’est pour cette raison que très tôt, l’enseignement à distance a été vu comme une opportunité d’offrir à des publics spécifiques un accès à l’enseignement supérieur. Ce sont bien sûr les étudiants éloignés géographiquement des universités ou à l’emploi du temps incompatible avec le rythme de la fac. Ce sont surtout les étudiants nécessitant un accompagnement spécifique, dont voici quelques exemples.

Les étudiants incarcérés

Les étudiants en prison sont souvent des personnes en grande difficulté personnelle qui sont soumises à l’interdiction partielle voire totale d’accès aux usages numériques. C’est pour ces raisons que l’enseignement à distance (EAD) en prison pose un réel défi à nos universités. Parmi plus de 1 300 étudiants incarcérés inscrits dans l’enseignement supérieur, plus d’un tiers préparent le diplôme d’accès aux études universitaires (DAEU). Ce nombre cache une grande dispersion des étudiants dans de nombreuses disciplines et universités.

Afin de favoriser les formations universitaires à distance dans les prisons, les universités doivent agir en mutualisant, en coordonnant les bonnes pratiques aux plans organisationnel et pédagogique en lien avec les prisons. Des conventions entre les universités et les centres pénitentiaires sont le fruit d’un travail de terrain de personnels engagés et volontaires. La signature en février 2017 d’un accord-cadre de coopération en vue du développement de l’accès aux études supérieures des personnes placées sous main de justice entre les universités représentées par la Conférence des Présidents d’Université et les ministères de la Justice et de l’Éducation nationale est le fait générateur d’actions qui seront plus ambitieuses. Ce partenariat a permis l’élaboration de deux guides pour l’adpation de l’enseignement à distance pour les étudiants incarcérés (à consulter dans les documents). Lire l’article complet sur The Conversation.

Poincelot, D. Boivin, A. (2017) Enseigner à distance aux étudiants incarcérés : un défi pour les universités. The conversation. https://theconversation.com/enseigner-a-distance-aux-etudiants-incarceres-un-defi-pour-les-universites-79807
Poincelot, D. Boivin, A. (2018) En prison, une plateforme pédagogique sécurisée pour les étudiants incarcérés. The conversation. https://theconversation.com/en-prison-une-plateforme-pedagogique-securisee-pour-les-etudiants-incarceres-90505

Les étudiants en situation de Handicap

Comme les étudiants incarcérés, mais pour d’autres raisons, les étudiants en situation de handicap présentent eux aussi des besoins spécifiques et une adaptation des modalités d’enseignement et d’accompagnement. De longue date, les établissements ont intégré la question de l’accessibilité des ressources pédagogiques, c’est-à-dire une médiatisation adaptés des supports de cours. L’accompagnement et les conditions d’accueil, notamment lors des travaux dirigés ou des examens, font également l’objet d’un travail d’adaptation, mais il reste encore beaucoup à faire.

C’est pourquoi la FIED a mis en place un groupe de travail sur l’accueil des étudiants en situation de handicap. Prenant appui sur l’expertise développée pour les étudiants incarcérés, Ce groupe c’est donné pour objectifs de favoriser la visibilité et la lisibilité des formations EAD auprès des publics en situation de handicap en recensant et en promouvant les formations actives auprès de ces publics et les organismes les accompagnant, en généralisant la mise en place des référents et en favorisant le partage d’expertise avec la production d’un Guide pédagogique à usage des enseignants en lien avec les grandes associations, ministère de l’éducation nationale, CPU, etc.

Les sportifs de haut niveau

Les études à distance offrent aux sportifs de haut niveau une opportunité d’allier une carrière sportive et des études à l’université. Il dispose pour cela d’un statut particulier leur permettant de bénéficier d’un accompagnement personnalisé et des parcours d’études spécifiques, notamment pour aménager leur emploi du temps et les modalités de contrôle de connaissances.

La FIED a passé un accord avec l’INSEP le 16 juin 2016 pour renforcer une collaboration par ailleurs déjà initiée depuis plusieurs années, comme sur le site Prémanon (où biathlètes et fondeurs inscrits à l’Université Aix Marseille (AMU) ont pu suivre leur cursus universitaire à distance) puis sur le site de Boulouris (à travers une convention entre le CREPS PACA et la FIED en janvier 2010 sur un dispositif d’enseignement à distance. Comme pour les autres étudiants présentant des besoins spécifiques, il s’agit de mettre en réseau les référents dans les établissements pour le développement et le partage des bonnes pratiques.